Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE PUIS-JE SAVOIR ?

S’essayer à déchiffrer l’époque

La fin de la peur islamiste

Publié le 12 Janvier 2015 par Jean Mirguet in Charlie

C’était « L’apéro » de Charb dans le Charlie Hebdo du 26 septembre 2012. Je l’ai recopié dans son intégralité.

Ils ne sont rien, mais ils font peur. Ils sont une poignée, mais on les voit partout. L’islam en France, c’est lui : le barbu hirsute déguisé en tube de dentifrice. Il y en a combien, d’épouvantails du même genre, à rouler des yeux de dingue quand ils voient une caméra de télé ? Cent ? Deux cents ? Il y a plus de caméras en France que de musulmans extrémistes. Il y a même plus de chaînes de télé que de tarés à poils longs qui postillonnent dans la langue du Prophète qu’il faut égorger les Juifs. Oui, c’est ce qu’ils criaient il y a quinze jours sur le Trocadéro. Combien étaient-ils la semaine suivante ? Zéro. Mais ils font peur et ils le savent. Notre peur est leur raison de vivre. Notre peur est leur véritable religion. Notre peur les nourrit. Ils boivent notre sueur froide comme les vampires de série B boivent le sang de leurs victimes. Notre peur est la complice de ces connards. Autorisons leur manif, de quoi a-t-on peur ? De constater qu’ils sont trois, dont un agent de la DCRI ?

La petite vieille qui sort son chien a peur que l’ogre islamiste égorge Kiki. Faut dire que Kiki est frisé comme un mouton. Ce n’est pas Parkinson qui l’agite, mamie, c’est la peur. Et la vedette du show-biz de culture musulmane (oui, toi !) qui raconte en coulisse des émissions de télé qu’elle a peur de dire qu’elle est athée, elle est pire qu’un extrémiste religieux. Elle a mille fois plus d’audience que lui, elle a mille fois plus de pouvoir que lui, mais elle pète de trouille. La trouille de quoi ? D’être prise pour cible pat les Pères Noël de l’Apocalypse ? Et si toutes les nouilles dans son genre sortaient de sous leur lit pour affirmer leur athéisme ou tout du moins leur laïcité, elles se rendraient compte que le rapport de force est en leur faveur. Les obscurantistes prient le Seigneur en vain depuis des millénaires pour qu’Il leur fournisse un cerveau, alors qu’il suffit que les athées prononcent la formule « je suis athée et je t’emmerde » pour que l’islam de mort disparaisse de la surface de la Terre. C’est magique ! Essayez !

Et cette députée des Français de l’étranger qui s’insurge sur France Inter contre la publication des caricatures au motif qu’elles risquent de mettre en colère Al-Quaida et donc de menacer la sécurité des Français de l’étranger ... Une députée française qui appelle à l’autocensure des Français au nom d’Al-Quaida ! Une députée française qui s’institue commissaire politique d’Al-Qaida ! Nous sommes irresponsables, dit-elle : ce qui est responsable, c’est de céder à la peur. Comme Christine Boutin, qui attaque qui en justice ? Les terroristes, les preneurs d’otages, les apprentis kamikazes ? Non, Charlie Hebdo ! Pour mise en danger de la vie d’autrui ... A-t-elle porté plainte, Christine Boutin, contre des politiques français dans l’affaire de l’attentat de Karachi ? Nooon ... Elle veut quoi, Boutin ? Que le droit français s’adapte au droit des pays étrangers dans lesquels il y a des Français expatriés, tout simplement ... Boutin, la honte.

Tiens, la presse a trouvé un nouveau gros mot pour faire peur : salafiste. L’expression « extrémiste religieux », on l’avait trop dans l’oreille, ça n’effrayait plus assez le téléspectateur du JT. Mais « salafiste », ça fout les jetons ! Ça sonne comme quelque chose entre la maladie incurable et la pratique sexuelle non avouable. On a l’impression, aujourd’hui en France, qu’il suffit de retourner une pierre pour voir grouiller un nid de salafistes. Certains jouissent de se voir exister dans l’oeil terroriser du bourgeois frankaoui, alors ils se déguisent en salafistes. Ils ne vont pas à la mosquée, ils ne prient pas, ne croient pas et picolent sec, mais ils portent la panoplie qui leur assure le plus gros morceau du trottoir. Véridique ! Certains se déguisaient en punks au début des années 80 pour obtenir le même effet. Dans l’intimité de leur chambre, ils écoutaient du Claude François comme tout le monde ...

Une fois qu’on a écrémé les faux croyants, il ne reste plus qu’une poignée de vrais dingues. Les vrais dingues peuvent être dangereux, mais il faut encore déduire de ces vrais dingues les incapables, les nuls en tout, les vantards, les pipi-au-lit, les culs-de-jatte et Mohamed Merah, parce qu’il a glissé dans l’escalier. Si après ce décompte les souris extrémistes qui restent prennent d’assaut l’éléphantesque République et que celle-ci fuit en appelant sa mère, on aura perdu. La laïcité a le fessier suffisamment large pour s’asseoir sur cette vermine et l’écrabouiller.

La peur donne de l’importance aux pitoyables fachos monothéistes, le ridicule, contrairement à ce que prétend l’adage, les tue.

P.-S. Parmi le flot de commentaires imbéciles qui ont bouillonné ces derniers jours, il en est un qui revient chaque fois que Charlie Hebdo fait la une de la presse. On aurait fait « ça » pour l’argent ... On a l’impression que tout le reste de la presse n’est constitué que de bénévoles qui parlent de nous à outrance et qui nous le reprochent. Nous ne faisons jamais de « promo », nous n’en avons pas les moyens. Mais lorsqu’on nous tend un micro, il faut que celui qui le tend s’attende à ce qu’on lui réponde.

En vingt ans de Charlie, nous avons publié 1057 numéros. Sur ces 1057 numéros, trois été particulièrement médiatisés et se sont mieux vendus qu’à l’ordinaire. Chaque fois il s’agissait d’une couverture en rapport avec Mahomet ou l’islam. Trois « buzz » en vingt ans. Pourquoi pas un buzz toutes les semaines puisque nous possédons la formule magique ? J’attends la réponse...

La fin de la peur islamiste
Commenter cet article