Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE PUIS-JE SAVOIR ?

S’essayer à déchiffrer l’époque

Vieillir ensemble

Publié le 8 Juin 2015 par Jean Mirguet

Ils approchent de la septantaine et apprécient de vivre, depuis environ 26 ans, dans un bel appartement de caractère du centre ville. Si ce n’était l’âge qui avance et les prévisibles problèmes de santé qui en découleront, ils aimeraient rester là mais leur appartement situé au 3ème étage pourrait bien devenir handicapant dans les années à venir.

Comment continuer à demeurer là, y vieillir tout en supportant l’ascension des trois étages, de plus en plus pénible pour elle qui souffre d’insuffisance respiratoire ?

Certes, ils pourraient déménager, revendre leur bien et en acheter un autre. Ils ont tenté l’expérience, sans succès.

 

Ils ont donc réfléchi à la meilleure manière de concilier désir de rester là et pénibilité des étages. Ils ont eu alors l’idée de faire installer, à leurs frais, un ascenseur privatif et, avec l’aide d’un architecte, ont monté un projet.

Leur appartement constituant un élément d’une petite copropriété, il leur faut, comme la réglementation l’exige, obtenir une autorisation des copropriétaires pour mener à bien leur projet.

 

Ils organisent donc une réunion de l’ensemble des copropriétaires pour, en présence de leur architecte, présenter le projet, de telle sorte que lors de la prochaine assemblée générale de la copropriété, ceux-ci disposent de tous les éléments leur permettant de se forger un avis et voter en toute connaissance de cause.

Compte-tenu des liens emplis d’urbanité voire d’affabilité qui paraissent les lier aux autres de l’immeuble, ils sont plutôt confiants et supposent que leur demande ne devrait pas rencontrer d’obstacle.

 

Arrive la réunion. Leur architecte a pris soin d’être là un peu en avance et c’est avec lui qu’ils accueillent les arrivants.

Deux d’entre eux (ils possèdent les deux appartements les plus petits) sont plutôt souriants et avenants, curieux du projet et manifestement ouverts à la discussion.

Pour les deux autres qui, dans l’immeuble, possèdent des appartements quasiment identiques à celui de notre couple, c’est d’emblée plus problématique et inattendu. Là où notre tandem s’attendait à une arrivée aimable, conviviale, avenante, il constatent que ces deux-là sont soit de méchante humeur soit animés d’une sourde hostilité à l’encontre du projet : aucun sourire ne vient les dérider, ils affichent le visage de la bête arrogance de ceux qui, sûrs de leurs droits de petits propriétaires jaloux, redoutent un dérèglement de leur existence réglée comme du papier à musique.

D’emblée, nos futurs septuagénaires subodorent que la partie ne sera pas gagnée.

 

Le déroulement de la réunion va malheureusement le démontrer puisque quelque soient les arguments avancés, les explications fournies, les voisins rejettent, non sans fourberie, le bien fondé de l’installation de ce fichu ascenseur qui, à n’en pas douter, perturbera le cours de leur vie : il empêchera la lumière de passer, il fera du bruit, il gênera l’imprenable vue sur une cour où pousse un énorme charme, etc, etc … Personne ne dira un mot des raisons pour lesquelles nos plus de soixante ans se sont engagés dans cette entreprise.

 

Sans doute, faut-il ne pas trop douter de la bienveillance des autres. L’intérêt pour autrui est un semblant nécessaire, un minimum requis pour vivre ensemble sans trop se déchirer. Mais il atteint ses limites dès que l’intérêt personnel est mis en jeu, que le risque se profile de voir sa tranquillité menacée.

Les vieux incarnent ce péril qu’est l’inconfort, aussi gênent-ils, peut-être parce qu’ils préfigurent aussi et surtout l’hideux visage de la mort qui fait pâlir le soleil.

Pour les gentils copropriétaires, ce qu’il savent, tout en le méconnaissant, c’est qu’il est temps pour ce couple de dégager de la circulation.

 

Cueillez, cueillez votre jeunesse :

Vivez si m’en croyez, n’attendez à demain.

Comme à cette fleur, la vieillesse

Fera ternir votre beauté.

Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie

Commenter cet article

catherine 16/06/2015 21:40

....et s'y épanouir !

olivier 09/06/2015 11:00

Le couple de l'histoire, bien plus jeunes que bien des jeunes, pourra donc fleurir au milieu des champs...